épilogue

Je me tais
File au lit
Zut
Tais-toi !
J’attrape la hanche de l’armoire à glace
Elle se fend dans mon corps le silence la fracasse
Erreur sur l’identité
Je me regarde je prends peur
Les yeux flingués par le renvoi
Immobile je me noie dans cette chambre à coucher
Je respire de l’eau
J’ai des branchies en latex
100% Made in HONG-KONG
Garantie le long d’une vie
Abysses artificielles ciel minoré

Jadis j’ai existé

 

Litanie I

Christ, je te cherche
J’ai mal, Christ
Je ne sais pas te parler
Je ne peux te toucher Ô Christ
Mais je te sais présent
Présent et ouvert Christ
Présent et fraternel

Je cherche à sortir
Je cherche la nuit se drape contre nous Christ
Je suis dans l’intensité de ta voie
Je marche sur tes pas
Çhrist ça fait mal je te heurte trop longtemps la plaie
S’étire comme un sarment

Il faut écrire
Nous sommes nus
Nous sortons de la rosée
C’est presque un printemps
La Chair, c’était elle mon Père
Je t’ai aimé jusqu’à la croix
Je t’ai désiré l’aube n’avait pas pointé son axe
Sur la terre
Christ
Donne moi ta soif
J’épuiserai le vinaigre
Donne moi ton pain
En ville il y a la faim la grande famine aboie

J’ai crié
Ton nom a retenti
J’avais l’âge de la révolte
Christ c’était pour toi
Qu’enfin je te vive
En moi
La sainte ombre se déplace
Dans la robustesse du roc
Tu attires les masses

Me voilà.

G.Hoogveld 14 Mai 2005.

 

 

FLASH à Mahé Van Kemmelbeke

 

La folle aventure des pas perdus décide de mon avenir
J’ai le destin au bout de ma lyre
Crapahuté, rejeté en fond de cale j’aperçois une lame
Et son reflet me mime l’espoir des possibles
Messager des ombres j’agis comme une nuit enceinte
D’une lune maladroite et d’un soleil fiévreux

 

Assez d’être messager, poète du saisi et de l’instantané
Photographe du phantasme de la mort sur scène
Je suis dénudé par les propres mots
Que je mets au monde
La face blonde
Nico qui fait sa ronde
Morrisson à l’heure d’été

J’ai une trousse à pharmacie et une pompe à morphine
J’ai essayé tous les comprimés qui étaient sous la table
Le goût de déjà vu déjà vécu qui vient ici si affable
Je m’appelle Eternité j’ai le goût d’un vrai Champagne
Le mal de tête compris qui vient battre campagne

Je ne m’arrête plus je n’ai plus de terminus
Je ne m’arrête plus j’ai tous les âges Je suis une addition probable
Conscience qui l’est de tout je survole les péripéties neuronales

J’étais voyant j’étais sûr de moi je rêvais d’une poétesse

Une nouvelle ivresse

24-06-05

 

FIBRILLATION

Assagi soif de justice j’avale lames et mon regard s’arrête sur celui d’une femme mais trop tard la lame me fend le cœur j’ai honte hi han hi han je hennis de colère de rage je bouillis en trop que j’aimerais la rattraper lui dire que déjà je l’aime

Enfin quasiment
J’attends

L’aiguille est dans la veine
Le marteau-piqueur dans l’asphalte le marteau qui fait peur
La tête remontée au niveau zéro
Traçabilité du néant
J’écoute les valses des prothèses
Je capture la course au choc vibratoire le cœur détonateur
Terreur sur les grands boulevards

Jadis J’ai été
Et ça avait un sens

Trop de combien à écrire
La déraison prend ses quartiers de nuit
J’aimerais qu’elle soit là
Je ne sais si elle existe
J’aimerais qu’elle soit là
Je me demande si je persiste.

J’attends
J’attends les Autres
Partis en amitié à la campagne

Jadis J’ai été. C’était loin. C’était mon pays.

Solitude. Embruns.

 

Guillaume Hoogveld Juillet 2005.

 

CAVALE

Je mutile la carotide
Le cerveau n’est plus alimenté
Alors c’est la fin, c’est la fin ?
Oui mais la fin de quoi ?
Fin des interstices

J’attends d’être piqué
La seringue est en branle
Chassé l’air réveillée
L’ivresse se
Dresse
L’ivresse se
Tresse
Autour d’une aiguille souillée tordue
Maligne et sale
La fin du dédale

J’organise la sortie du bunker
A ma montre presque l’heure
La fin de cette sphère là

 

GH/Juillet 2005

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s